2012-2013

ÉDITION

colloque

Chaque édition du concours est inaugurée par un colloque, rassemblant des experts de tout horizon (designers, sociologues, philosophes, architectes, acteurs associatifs, privés et publics, etc..), auquel les écoles participent.

Du 25 au 28 octobre 2012, un colloque de lancement a réuni les écoles participantes, des experts et des acteurs locaux afin de présenter :

‐ le concours, ses enjeux et son inscription dans le contexte métropolitain,

‐ les sujets proposés aux étudiants par l’intervention d’experts par thématique,

‐ les différents acteurs et partenaires impliqués dans sa mise en place,

– les ressources industrielles locales, les pôles d’excellence.

PROGRAMME

Le programme complet du colloque à retrouver en téléchargement ici  ↴

themes

01

L’AGRICULTURE URBAINE – LA METROPOLE AGRICOLE

La vieille opposition entre la ville et la campagne s’estompe. Nous vivons désormais de plus en plus dans des métropoles qui articulent en continu ville et campagne, dans des territoires qui se dessinent en peau de léopard. Cette nouvelle structure est garante de la biodiversité, ainsi que des circuits courts du producteur au consommateur et des échanges de proximité, à échelle humaine.
02

LE DROIT A LA DIFFERENCE

La différence est désormais partie prenante de l’universalisme humaniste. A présent, la fraternité et l’égalité se définissent à l’opposé de l’uniformité. Le monde fraternel des égaux sera celui de la multitude. L’amour de l’humain est alors l’amour de la différence, l’intérêt pour l’autre radical. Ainsi, l’ancienne notion de standard en design ne peut qu’être revisitée : le standard serait comme dans le jazz, ce à partir de quoi se construit la différence.

03

AMBIANCES URBAINES

Apres la fonction et le signe, au-délà de la dimension symbolique du monde des objets, rendre le monde habitable pour l’homme passe désormais par la question des ambiances, tactiles, visuelles, acoustiques…
L’échange, le goût de l’autre supposent une certaine détente du corps et de l’esprit que rendent propices certaines ambiances, et dont témoigne l’émergence d’un design «ambiantiel».

écoles participantes

ESADSE,
ÉCOLE SUPÉRIEURE
D’ART ET DE DESIGN, Saint-Etienne, France

ÉCOLE SUPÉRIEURE D’ART DU NORD PAS-DE-CALAIS, Tourcoing, Dunkerque, France

ENSAV La Cambre, Bruxelles, Belgique

STAATLICHE HOCHSCHULE, Karlsruhe, Allemagne

HEAD, HAUTE ÉCOLE D’ARTS ET DE DESIGN, Genève, Suisse

POLITECHNICO DI MILANO SCUALO DEL DESIGN, Milan, Italie

ALBA, ACADÉMIE
LIBANAISE DES BEAUX-ARTS, Beyrouth, Liban

ISTANBUL TECHNICAL UNIVERSITY, Turquie

DESIGN INSTITUTE, Tianjin, Chine

CHIBA UNIVERSITY, Tokyo, Japon

POLYTECHNIC UNIVERSITY SCHOOL OF DESIGN, Hong Kong

NATIONAL INSTITUTE OF DESIGN, Ahmedabad, Inde

CAPE PENINSULA UNIVERSITY OD TECHNOLOGY, Cape Town, Afrique du Sud

INDUSTRIAL DESIGN AND TECHNOLOGY DEPARTMENT, UNIVERSITY OF BOTSWANA, Botswana

HARVARD SCHOOL OF DESIGN, Etats-Unis

PARSONS, NEW SCHOOL OF DESIGN, New York, Etats-Unis

MICA, MARYLAND INSTITUTE COLLEGE OF ART, Baltimore, Etats-Unis

jury

Le jury réuni le 29 mai 2013 a examiné avec attention les trente huit projets remis au concours par les étudiants des écoles invitées.

Composition

Le jury a distingué des projets qui tiennent compte de leurs territoires d’inscription, dont la qualité graphique peut être considérée comme exemplaire et qui peuvent produire des objets pertinents. 

Il s’avère que les projets primés couvrent in fine trois échelles différentes. Cela n’a pas été un critère du jugement, mais c’est intéressant pour un concours qui a voulu d’emblée s’inscrire dans un territoire.

TÉLÉCHARGER : RAPPORT DU JURY  →

Président : Philippe Louguet (architecte et enseignant)

Thierry Pacquot (philosophe de l’espace public),

Marc Crunelle (architecte et spécialiste des ambiances),

Jennifer Buyck (architecte et spécialiste de l’agirculture urbaine),

Renan Sobaga (Chef de projet Le Lieu du Design),

Laurent Massaloux (designer),

Christophe Gouache (designer),

Jean-Jacques Larochelle (Journaliste Le Monde),  

Mourad Oural (Pangée Design)

Gaëlle Doublet (Doublet),

François Dutilleul (Rabot Dutilleul Investissement),

Damien Trombini (Société Générale),

Chloé Simeha et Jean-Christophe Didio (Eaux du Nord),

Marc Rigaud et Jean-Louis Izard (Immochan)

les bains

École

HEAD
Genève – Suisse

Étudiantes

MANON ROUAZE,
VIOLAINE BOURGEOIS

Prix

1er
PRIX

Le projet lauréat, « Les Bains » convoque l’échelle urbaine. Il propose la reconversion de l’école de natation de Tourcoing en centre d’aquaponie. Il s’agit de mettre en symbiose des poissons qui séjourneraient dans les bassins de la piscine, dont l’eau serait épurée par des plantes maraîchères cultivées en surface, alimentées par ce dispositif. L’ensemble serait un lieu d’échange convivial, accessible au public directement concerné par la cueillette.

Le jury a apprécié la cohérence globale du projet qui propose une reconversion non convenue d’un édifice patrimonial, tout en ouvrant une piste nouvelle à l’agriculture urbaine dans la métropole. Il souligne l’intérêt économique, qui n’exclut pas l’investissement direct des citoyens et l’aspect communicant du projet.

TÉLÉCHARGER

Le .pdf du projet à retrouver en téléchargement ici  ↴

ensav_lacambre_migrations_picture6

migrations

École

ENSAV La Cambre
Bruxelles – Belgique

Étudiant

PIERRE-EMMANUEL VANDEPUTTE

Prix

2ème
PRIX

Le projet classé second, « Migrations » convoque directement l’échelle de l’objet à partir d’un scénario mettant en jeu des appeaux. Il propose de réunir régulièrement les habitants de Lille lors d’un festival des oiseaux. Les habitants se muniraient d’appeaux imitant le chant des oiseaux créant les conditions nécessaires pour réentendre les oiseaux qui se sont tus sous la chape de bruit de la ville.

Le jury souligne l’intérêt du projet pour le thème du « Droit à la différence « . Son rôle en tant que lien social est évident : tous les citoyens peuvent se sentir concernés par ce projet qui rappelle la Position de Gilles Clément sur le fait que les oiseaux sont les premiers paysagistes. Outre l’économie de moyens, le fait que le projet échappe rapidement à son auteur est relevé comme un point positif en ce qu’il facilite l’appropriation par les citoyens. Les oiseaux favorisent une lecture approfondie de la ville par l’observation de la manière dont ils s’y positionnent, comme le montre la tradition des coulonneux (élevages populaires de pigeons voyageurs) dans le Nord. 

Enfin, des artisans régionaux peuvent être directement intéressés par le projet, au même titre que l’Espace Naturel Lille Métropole.

Harvard_BikePark_pictures

Lille Bike Park

École

Harvard
Boston, Etats-Unis

Étudiant

SILIANG FU

Prix

3ème
PRIX

Le projet classé troisième « Lille bike park » convoque pour sa part l’échelle territoriale. Il propose d’édifier un lien (highway) entre le site de la gare Saint Sauveur et le site de Fives Cail Babcock, en passant au-dessus des voies ferrées. Il propose également de construire le site de Saint Sauveur et de reconvertir celui de Fives autour du vélo, tant pour la structuration urbaine que pour l’organisation architecturale (en pensant l’espace du vélo, de l’espace public jusqu’au logement).

Le jury souligne la pertinence du projet qui crée un nouvel axe dans la métropole, reliant des quartiers populaires aujourd’hui enclavés du fait de la coupure opérée par la voie de chemin de fer depuis le XIXème siècle. La cohérence avec le dispositif V’Lille et la volonté militante de développer le vélo en ville est l’un des points forts du projet.

Design-for-change.fr  |  Copyright © 2021